Prix vivants

Le premier prix vivant

Frédéric Gilgen, également ancien lutteur, présente l’imposant premier prix vivant. Du coup dans le public il n’y a plus un bruit.

La famille Gilgen de Tavannes, propriétaire et éleveur de Stefano, ce magnifique taureau de presque 1 tonne et 2 ans et demi.

Des élus cantonaux au grand coeur et plutôt réactifs: Ils se sont spontanément cotisés pour financer cette belle pièce qui cherchait justement encore preneur.

Fiers devant « leur » taureau, dans l’ordre, derrière: Etienne Klopfenstein, député; Marc Tobler, député; Stéphanie Niederhauser, préfète du Jura bernois; Hervé Gulotti, président du Grand Conseil. Devant: Moussia de Wattewil, députée; Virginie Heyer, députée et Manfred Bühler, député. Manque sur la photo: Denis Gerber, maire de Saint-Imier.

Le deuxième prix vivant

Pierre Berger, également propriétaire du terrain où se déroulera la fête de lutte, présente au public la première génisse. Du haut de ses 18 mois, elle répond au doux prénom de Praline et pèse environ 550 kilos. Elle fait la fierté de Feldschlösschen, qui en est le généreux sponsor.

Troisième et dernier des prix vivants

Frank Amstutz, de Mont-Tramelan, également bien connu pour ses produits d’alpage en provenance de la Wengernalp, en défilé avec la deuxième génisse qui se prénomme Cynar et qui a également 18 mois.

Quatre collectivités toutes proches, à savoir la Commune municipale de Cormoret, la Commune municipale de Courtelary, ainsi que la Bourgeoisie de Courtelary, ont pour leur part décidé de manifester leur générosité ensemble, en offrant ce magnifique troisième prix vivant.